MAISON LOÜNO
à préparer chez soi

Journal

JOURNAL

 

 

 
Pauline, illustratrice et soon-to-be tatoueuse

Pauline et moi on s'est rencontré il y a 8 ans en cours, à parler dessin et peinture. Pauline est super créative, aspirait comme moi à une vie "en quête perpétuelle d'esthétisme" et au fil de l'eau une amitié s'est construite. Aujourd'hui Pauline a quitté la vie d'entreprise et le dessin s'est rapidement révélé être sa voie. Le tatoo a très vite suivi :) Je vous laisse découvrir notre échange plus en détails et vous invite également à faire un tour pour voir ses dessins @paulinehagege

10DA036D-B6CD-434C-9C5E-94B68220FF7E.JPG

Parcours

Quel est ton parcours et comment s'est initiée ton aventure autour de l’illustration et du tattoo ? 

Je m’inscris complètement dans le phénomène des cadres en quête de sens qui se reconvertissent ! Après une école de commerce et six ans dans le conseil en organisation d’entreprise, j’ai fini par accepter que cette vie n’était pas pour moi, ce que j’avais pourtant compris dès le début. C’était comme un aveu d’échec, il m’a fallu du temps pour me faire à l’idée mais depuis je n’ai jamais regretté une seule seconde. J’ai quitté le monde de l’entreprise sans projet clair et, débarrassée des tensions négatives que générait ma vie professionnelle, je me suis naturellement remise à dessiner, pratique à laquelle j’ai toujours aimé m’adonner en dilettante, sans jamais m’y mettre sérieusement. Quand j’ai constaté que je ne voyais pas le temps passer en dessinant et que je progressais rapidement, je n’ai pas cherché plus loin ! Le tattoo s’est imposé quelques mois plus tard, en me faisant moi-même encrer (beaucoup en peu de temps) et en discutant avec mes tatoueuses. En écoutant leur histoire je me suis dit : c’est possible ! Mais je n’y suis pas encore, il me reste du chemin à parcourir.

Comment vis-tu aujourd'hui la vie d'indépendante et comment t’organises-tu ?

Je suis beaucoup plus épanouie, et bien que stressée (je ne gagne pas encore ma vie et je ne la gagnerai probablement jamais aussi bien qu’avant) je suis sure de moi concernant ma reconversion, peu importe le temps que ça prendra.

Concernant l’organisation, ayant naturellement tendance à procrastiner, je dois être vigilante et m’imposer une certaine discipline. Je fonctionne par « phases » ; lorsque je suis motivée je surfe sur la vague et quand je le suis moins je m’efforce de travailler plusieurs heures par jour. Après un an à travailler en indépendante, la solitude s’est faite ressentir et j’ai pris un bureau dans un coworking pour dessiner. Cela me donne un rythme « normal » (j’ai plutôt tendance à travailler le soir naturellement) tout en me permettant de conserver une vie sociale qui est nécessaire pour mon moral. J’ai hâte d’aller au bureau tous les jours !

990BCB1B-D6A9-40CB-B122-12C570426D43.JPG

Créativité

As-tu un processus créatif particulier ? Quels sont les univers qui t'inspirent ?

Je dessine surtout d’après photos, je commence donc toujours par des recherches, la plupart du temps sur Instagram. J’aime beaucoup dessiner des femmes, et je puise énormément mon inspiration dans les magazines « lifestyle » et « youth culture », comme C-Heads notamment. J’adore l’univers de liberté et de sensualité que leurs photos évoquent.

 

Un livre / film / une personne qui t'a aidé dans ton épanouissement personnel ?

Je suis une boulimique d’inspiration, j’ai besoin de me nourrir d’esthétisme continuellement. De belles images, une balade dans Paris ou Montreuil, une discussion avec un(e) ami(e) ou la puissance d’une idée dans un livre peuvent provoquer en moi une exaltation qui m’inspirera. 

 

D83F94D0-C19B-47E8-AA19-52097AC6A0EF.JPG

Routine

As-tu des routines ? Est-ce important pour toi ou suis-tu plus le flow du moment ?

Je suis plutôt le flow du moment. Je m’écoute et je tire le meilleur parti de mes émotions, au jour le jour. Evidemment, il y a des « routines » qui émergent, mais je ne me les impose pas, sauf si je sens que je me laisse trop aller. Mais à chaque fois que j’ai essayé de m’imposer des routines trop strictes, je finissais par ne plus les tenir et cela provoquait chez moi un sentiment d’échec contre-productif. Etre indépendant offre le luxe de pouvoir suivre davantage son rythme naturel, et c’est d’une valeur inestimable.

Cela dit, je commence toujours la journée doucement, je prends mon temps, je bois mon déca (j’ai arrêté le café qui me faisait trembler et nuisait beaucoup de fait à mes activités !) en cherchant des inspirations pour mes dessins du jour ou en lisant les news.

Le soir, je lis quasiment toujours avant de m’endormir, un roman de préférence.

Comment fais-tu pour déconnecter après une journée de travail / le weekend ?

J’aime prendre le temps de me poser chez moi pour décompresser, même si je dois ressortir ensuite. Mon appartement est mon sanctuaire, j’y recharge mes batteries. Le week-end est souvent consacré à la vie sociale, j’en ai aussi besoin !

F5D992A2-6A09-4078-ACC9-A5DA2DB27537.JPG

BEAUTÉ

Qu'est-ce qu'une belle femme pour toi ?  

Je suis sensible à la beauté plastique puisque je dessine surtout des femmes, mais uniquement sous un aspect esthétique, en dehors de mes activités artistiques cela m’interpelle peu. J’aime la beauté que l’on décèle, pas immédiatement visible. Et j’avoue avoir un faible pour les femmes libres, de conviction. J’aime particulièrement le combo « force / sensibilité ». Ça m’inspire et même, me fascine. 

 

Comment prends-tu soin de ta peau ? 

J’essaie de ne pas trop toucher à la peau du visage, je l’hydrate avec la même crème que j’utilise pour le corps et je me maquille peu. Je reste aussi persuadée que la peau reflète l’hygiène de vie, notamment le sommeil et l’alimentation.

Mental

En périodes difficiles, quels sont tes remèdes pour gérer ton stress ?

J’ai deux remèdes que j’utilise simultanément : je rationalise et dédramatise, notamment en élaborant un « scénario du pire » qui ne soit pas si terrible ; et je me change les idées, en m’évadant dans de jolies rêveries, en voyant mes amis ou en allant marcher.

J’ajouterais un troisième remède, le détachement : j’accepte qu’il y ait des périodes de creux, que cela fasse aussi partie de la vie, et je m’arme de patience en attendant que ma chimie intérieure se remette en ordre. 

As-tu des mantras que tu répètes régulièrement, qui te renforcent et t'aident à garder le cap ?

Je ne suis pas du tout « mantras », mais j’essaye de me souvenir de périodes difficiles que j’ai surmontées, ça m’aide à garder confiance. J’essaye d’être « stoïcienne », de lâcher prise sur ce qui ne dépend pas de moi et me concentrer sur ce sur quoi j’ai prise.

paulinehagege.jpg

Retrouvez le travail de Pauline sur son compte Instagram @paulinehagege

Photographies par Louise Skadhauge

paulinehagege2.jpg
 

Louise
Chiara, gluten free blogger in paris

Chiara a toujours le sourire. C'est une femme passionnée et d'une gentillesse sans pareil. On s'est rencontré il y a quelques années à travers nos blogs sans gluten. Chiara tient le blog Bacididamaet le compte instagram associécomme une escapade (vous y trouverez d'ailleurs son article sur Maison Loüno tout juste 1 mois après le lancement ^^). Chiara importe des produits sans gluten en France depuis son pays natal, l'Italie et a développé un pain sans gluten avec L'atelier des lilas qui est notamment vendu à La grande épicerie de Paris. 

PARCOURS

Peux-tu nous raconter ton parcours et ce que tu fais aujourd'hui ?

Je suis arrivée à Paris il y a 4 ans, rien qu’avec une valise et une chambre louée sur airbnb, mais surtout, avec le courage de croire en moi-même et dans mes rêves. J’ai tout commencé, mon projet du pain avec l’Atelier des Lilas inclus, parce que j’ai beaucoup souffert à cause de la maladie coeliaque que j’ai découvert il y a plus de 15 ans. Grâce à ça, grâce à cette souffrance, j’ai eu le désir de monter des projets pour montrer que manger sans gluten peut être une belle et bonne alternative au blé. Je crois que pour tout le monde, il est important de varier ce que l’on mange et que partager un bon plan, du bon pain, autour de la table, avec les personnes que nous aimons, c’est l’un des plus grands bonheurs de la vie !

DSCF7677-1.jpg

FOOD

Quels ingrédients aimes-tu avoir régulièrement dans tes placards ? Peux-tu nous décrire un peu ce que représente la cuisine pour toi ?

J'adore varier ce que je mange autant que je le peux. J’ai un peu de tout à la maison : légumes et fruits, toujours de saison, graines, céréales, pain et pâtes sans gluten, beurre végétaux, granola, lait d’amande, huile extra vierge d’olive et surtout du bon parmigiano reggiano de mon Italie natale que j’adore… ! La seule chose qui influence ma cuisine aujourd’hui, c’est ma curiosité de découvrir et d’expérimenter de nouvelles saveurs.

ROUTINE

Est-ce important pour toi d’avoir des routines ou suis-tu plus le flow du moment ?

Je n’ai pas de routine parce que personnellement, je n’aime pas la routine. Ce qui me fait du bien aujourd’hui c’est méditer ce qui m’aide beaucoup à me connecter à moi-même, à me recentrer sur ce qui est vraiment important dans ma vie, dont mes valeurs. J’adore dessiner et étudier et je pratique ces deux activités autant que je le peux. L’Art qui est toujours présent dans ma vie (avant je travaillais dans le milieu de l’art contemporain) m'aide aussi à apprécier la vie d’une façon plus profonde, plus vraie.

MENTAL

As-tu des mantras qui te renforcent et t'aident à garder le cap ? Je sais que tu lis des livres bouddhistes. Comment cette philosophie de vie t’aide-t-elle au quotidien ?

Le bouddhisme que je pratique depuis 5 ans m’a beaucoup appris à transformer ce qui m’arrive dans la vie, surtout le négatif, de le tourner en positif, de trouver en moi la force et la joie pour le faire. La vie, c’est 10% ce qui nous arrive et 90% ce que nous en faisons. J’adore cette phrase, je ne sais pas d’où  elle vient mais j’en fais trésor tous les jours. Ce n’est pas toujours facile, évidemment, mais je m’accroche parce que j’y crois.

Beauté

Qu'est-ce la beauté pour toi ? Comment déconnectes-tu ?

Comme l’a écrit Simone Weil dans l’un de ces derniers cahiers londoniens, se confronter à la beauté c’est se mettre face à un mur et le discours risque d’être très long. C’est marrant aussi que tu me poses cette question parce que j’étudie ce sujet depuis une semaine à travers des philosophes que j’admire dont mon frère qui m’apprend énormément sur pleins de sujets. Disons que pour le moment, je pourrais dire que la beauté pour moi, c’est notre propre diversité et par diversité j’entends le fait que nous sommes tous des bouts d’histoires, que nos parents nous ont racontées avant, quand nous étions petits, et que maintenant nous-même, nous racontons, en tant qu’adultes. Chérir cette histoire, en faire un trésor, malgré ses failles ou ses imperfections, c’est apprendre à aimer et à respecter nos vies, le cadeau le plus précieux qu’on a reçu… ça, c’est beau pour moi, et c’est aussi une façon de partager l’amour pour nous et atour de nous.

DSCF7659-1.jpg

Après, j’adore prendre du temps pour me faire un bon massage, aller dans un spa, me promener dans la nature (ça me manque et je rêve de le faire bientôt) et surtout nager dans la mer, ma plus grande passion ! Depuis petite j’adore nager pendant des heures dans une mer bleu, dans la Méditerranée où j’ai grandi, à côté de Sorrento, sur la côte Amalfitaine. Le soir j’aime aussi me masser la peau avec des huiles naturelles : argan, avocat, rose… J’aime les choses simples, qui sentent bon et j’apprends à me câliner un petit peu plus, tous les jours.

Louise
Ophelie, styliste et photographe culinaire sur Ophelie's kitchen book

Je suis trop trop contente de partager aujourd’hui l’interview d’Ophelie pour Maison Loüno ! Ophelie est l'une des photographes et stylistes culinaires les plus inspirantes et talentueuses que je connaisse. J’adore la douceur et la bienveillance qui se dégagent de ses photos qui sont toujours pensées jusque dans les moindres détails. J’ai tout autant adoré faire cette série photos dont elle créé la mise en scène. Un vrai cocon et un après-midi food + photo comme je les aime. :) 

Retrouvez le travail d'Ophelie sur son blog et Instagram Ophelie's Kitchen Book, où elle partage avec nous des histoires culinaires ainsi que les fleurs et la nature qui l'inspirent, notamment la forêt de Rambouillet où elle vient se ressourcer. Je vous laisse avec Ophelie.

DSCF7582-1-3.jpg

Parcours

 

Quel est ton parcours et comment s'est initiée l'aventure Ophelie's Kitchen Book, ton blog et compte instagram de recettes, stylisme et photographie culinaire ?

L'aventure Ophelie's Kitchen Book est née au Pays Basque en 2011 sous le nom de Lily's Kitchen Book (en 2014 pour des raisons juridiques me dépassant j'ai eu à modifier et j'ai apposé mon prénom plutôt que mon surnom). 

L'idée du blog m'a été soufflé par une très bonne amie à moi, j'avais quitté la région parisienne pour atterir dans le Sud-Ouest, tout était nouveau pour moi dans cette nouvelle vie. J'avais soif de découvrir, de goûter, tester et de vivre dans cette nouvelle ville, Bayonne.

En parallèle, infirmière, j'avais muté dans un hôpital psychiatrique, un univers qui m'était totalement inconnu, j'ai vu l'humain tel que je ne l'aurais imaginé, la violence des pathologies psychiatriques, des souffrances mentales et physiques innommables. J'ai développé un immense sentiment d'impuissance face au gouffre que peuvent ressentir nos patients. J'ai rassuré, porté, soigné, écouté, aidé du mieux que je le pouvais et cela grâce à des équipes exceptionnellement soudées que je voyais comme une grande famille. On se voyait tous beaucoup à l'extérieur, le sud-ouest est un lieu de fête à toutes occasions. « On est bien ensemble » prenait tout son sens là-bas. J'ai appris beaucoup sur moi à cette période, mais il m'était nécessaire et vital de m'évader mentalement de cet univers professionnel très difficile. 

Les blogs étaient un fabuleux moyen d'expression pour laisser libre court à son imagination, griffer des notes, récits, histoires, poésies et textes engagés à qui voulait les lire. Mais c'est la photographie et le storytelling (l'art de raconter une histoire) qui m'ont davantage attirés chez eux, ces photographies très belles et la capacité de l'artiste à pouvoir raconter toute une histoire ou retranscrire une ambiance presque sans un mot. 

Instagram se développait tout doucement fin 2010, j'ai commencé à alimenter mon compte plus régulièrement en 2011. En 2012, il m'a permis de faire de belles rencontres, notamment une qui est restée virtuelle d'une auteure de livre de cuisine réputée mais qui a provoqué chez moi une étincelle, en me disant « tu as quelque chose, un oeil, travaille-le ». Ce jour là, je suis restée bouche bée, que voyait-elle chez moi ?! Je ne connaissais absolument rien au monde de la photographie.

C'est comme ça que j'ai commencé à prendre en main notre Canon, réservé à nos voyages pour mettre en avant mes plats ou les moments de vie que je souhaitais immortaliser. Le plus gros de ma mémoire est visuel, capturer et figer l'instant est nécessaire pour construire mes souvenirs.

 

DSCF7416-1.jpg

Le chemin a été long, très long, il m'a fallu des années de travail, de pratique, de remises en questions pour comprendre l'appareil photo au-delà du mode automatique. Au tout début j'étais fixée sur le bokkeh (le flou d'arrière-plan), comment peut-on obtenir des flous autour d'un sujet, le fond, la distance par rapport à notre objet, la profondeur de champ, l'objectif mais je n'avais pas encore compris l'importance de la lumière qui aujourd'hui est mon obsession en photo et celle qui va faire passer une photo de banale à exceptionnelle.

Tout ce chemin, je l'ai fait sans regarder derrière moi et ne sachant absolument pas où cela me mènerait. Je n'avais rien à perdre, en photographie, plus on pratique, meilleur nous devenons, si on cherche à s'améliorer et ne pas rester sur ses acquis. Je ne suis ni plus douée, ni plus nulle qu'un autre, l'essentiel est le plaisir que cela nous apporte et j'ai trouvé dans la photographie le moyen d'exprimer mes envies, mes sentiments et de repousser mes limites. Je garde cette citation de Romy Schneider « Il faut toujours que j'aille jusqu'au bout de toute chose, même si l'issue ne m'est pas favorable. (...) Une vie doit être débordante de passions. Elle est trop courte pour que l'on se contente de n'en vivre qu'une seule ».

 

Puis en 2014, Instagram m'a propulsé dans une liste courte des comptes suggérés à tous les nouveaux abonnés pour deux semaines, j'ai pris plus de 30 000 personnes en 15 jours, je n'en revenais pas. Ca m'a déboussolé dans un premier temps car je ne pensais pas que ma vision des choses intéresserait qui que se soit et ensuite cela m'a fait travailler encore plus. La communauté que j'avais autour de moi et sur Instagram en général était bienveillante, créative, ça m'a poussé plus que jamais. En revenant sur la région parisienne, j'ai rencontré des personnes avec qui virtuellement nous avions accroché et un petit réseau s'est développé, ces personnes m'ont appris énormément. Elles étaient d'origines différentes, de milieux opposés, mais la passion pour les bonnes choses nous ont liés inéxorablement. Des marques nous ont approchées, les collaborations sont nées, la folie Instagram était enclenchée. 

Grâce à Instagram et au blog, j'ai pu vivre une vie que dans ma vie à l'hôpital encore aujourd'hui je n'aurais pu vivre, elle m'a donné ce bol d'air, une bulle de liberté que je n'avais pas. J'ai conscience et je suis reconnaissante de la chance que j'ai, avec le recul je ne l'ai pas volé. Mais dans un monde où tout file, tout peut s'arrêter en un clic, je n'oublie pas que ma plus belle inspiration est la vraie vie, celle que l'on sent, que l'on touche, que l'on subit, que l'on choisit et c'est celle que l'on doit vivre en priorité, le virtuel restera toujours que du virtuel.

DSCF7611-1.jpg

Comment as-tu découvert ton amour pour la cuisine, les fleurs et les univers esthétiques ?

Mon amour de la cuisine s'est construit depuis ma tendre enfance, grâce à ma famille, des bons vivants où la relation à la cuisine est une relation fusionnelle. Les voyages et les rencontres au gré du temps ont continué à alimenter cet amour.

Les fleurs, c'est ma grand-mère, elle possède un jardin qu'elle entretient avec passion. J'ai grandi entouré de fleurs tropicales à l'ile de la Réunion. Je me souviens que chaque samedi en fin de marché, elle rapportait avec elle quelques branches de lys qu'ensuite elle déposait sur la table du salon. 

Depuis que je vis en France, cela va faire 13 ans, je prends plaisir à vivre au rythme des saisons et voir la nature se transformer sans arrêt. Je suis attachée à la saison printanière  et c'est avec des yeux d'enfant que j'observe les arbres se couvrir de fleurs, la nature se réveiller et les parfums se déployer. La nature est incroyable.

Les univers esthétiques, c'est Instagram qui m'a permis de les découvrir, la culture et l'art sont soudainement sortis des musées et sont devenus accessible à tous. Le monde entier était à notre portée, cela a permis d'avoir l'esprit encore plus libre et de créer sans limites.

Qui a le plus impacté la manière dont tu cuisines et photographies aujourd'hui ?

Ma mère pour la cuisine a un talent inné pour faire que les choses se lient à la perfection dans une facilité déconcertante. Elle m'a permise d'être curieuse, elle nous faisait manger de tout.

La photographie, sans aucun doute ce sont des photographes et stylistes culinaires américaines, australiennes et européennes qui m'ont inspirées comme Aran Goyoaga (cannelle vanille), Luisa Brimble, Emilie Guelpa (Griottes), Linda Lomelino, Nora Eisermann et Laura Muthesius (Our Food Stories), Virginie Garnier, Coralie Ferreira.

 

Créativité

As-tu un process créatif particulier ? 

Pendant longtemps et encore maintenant, je travaille à l'instinct. Cependant sur des projets que réalise pour des marques j'ai appris à avoir un process, recherche d'idées, création de mood board comme pour l'ambiance, les angles de vue, la vaisselle pour le stylisme, parfois je dessine mes idées plus pour des projets perso. Le jour du shoot, sur un mur, je colle plusieurs feuilles, celle pour organiser mes taches, celle pour réaliser la recette, celle avec le mood board et celle avec les demandes spécifiques des clients. Ensuite je prépare la vaisselle, les accessoires, le fond que je souhaite utiliser. J'ai repéré au préalable l'heure à laquelle je souhaite shooter, plutôt en fin de journée car j'aime une lumière très douce avec peu de hautes lumières, je fais parfois quelques essais. Lorsque je commence à travailler, je le fais sans musique et j'ouvre la fenêtre.

Quels sont les univers qui t'inspirent ? Les univers moody comme de celui Jamie Beck @annstreetstudio, une artiste américaine habitant en Provence, aux talents incroyables, les univers simples et authentiques comme ceux d'Ana Zilhao @_goodoldfashionned et d'Amandine L'hyver, les gourmands comme Sneh Roy @cookrepublic et Martha Greber @whatforbreakfast.

DSCF7602-1.jpg

Comment trouves-tu l'inspiration pour tes recettes et mises en scène ? La foret de Rambouillet où je vis, il y a des spots magnifiques, le petit plus est que c'est isolé, je n'ai pas à craindre des regards. La saisonnalité inspire mes recettes, je suis attachée à respecter le rythme de la nature. L'artisanat est omniprésent dans le choix de la vaisselle que je mets en avant, la main façonne des pièces qui restent à jamais uniques. 

 

Un livre / film / une personne qui t'a aidé dans ton épanouissement personnel ? Un livre « Message des hommes vrais au monde mutant » de Marlo Morgan, un livre qui vous invite à revenir à l'essentiel.

Une personne : mon mari, il est mon âme soeur, il me connait sans doute mieux que personne. Il m'a permis d'apprendre à prendre du recul, de savoir dire non, de ne pas toujours chercher à dépasser mes limites et de nous souder en famille. La chose la plus importante et essentielle dans ma vie. Nous avons construit une famille soudée, celle que nous n'avons pas eu étant enfant. Cette famille me permet de me protéger et de me ressourcer, même si tous les jours ne sont pas roses.

 

ROUTINE

As-tu des routines ? Je n'aime pas les routines, elles changent tout le temps car je n'arrive pas à m'y tenir ! La routine me fait peur, peur de l'ennui, peur de m'enfermer, le fait de ne pas en avoir a une contrainte : devoir s'adapter à chaque instant, je remets souvent tout en question, ce n'est pas toujours simple à vivre.

Comment fais-tu pour déconnecter après une journée de travail / le weekend ? Je file au parc du château de Rambouillet, propice pour flâner, se reposer et faire du sport.

DSCF7563-1.jpg

Beauté

Qu'est-ce qu'une belle femme pour toi ? Une femme qui se sent à l'aise dans son corps quelque soit sa corpulence, nature, douce et dynamique à la fois.

 

Comment prends-tu soin de ta peau ? De l'eau fraiche sur le visage le matin appliquée avec une lingette en coton bio pour réveiller sa peau, une brume d'eau florale (fleur d'orange de Sanoflore), le baume nutritif miel suprême de Sanoflore pour la journée, un masque une fois par semaine, laver et démaquiller son visage, un soin qu'il ne faut jamais sous-estimer.

 

As-tu des astuces beauté (de blogs, famille ou copines) qui t'ont été utiles ces dernières années ? Une fois par semaine : un masque avec le marc de mon café bio de la semaine, un peu de miel et de l'huile d'argan, extra pour le visage et le gommage corporel : Le gommage corps de Granado, en plus d'exfolier, il laisse ma peau douce et hydratée, un bonheur pour les peaux très sèches. Nettoyer sa peau le soir avec une eau micellaire pour purifier la peau, l'importance de se démaquiller, une étape que je n'outrepasse plus. Boire beaucoup, la source d'hydratation la plus pure pour notre corps. 

Mise en scène par Ophelie Lauret, Photographies par Louise Skadhauge

Louise
Marine, photographe freelance et créatrice de Wilo (marque de mode végane)
DSCF7135-1.jpg

PARCOURS

Peux-tu nous raconter ton parcours et ce que tu fais aujourd'hui ?

 

J’ai effectué mes études post bac en Marketing dans une école de commerce. Après un double diplôme à Chicago, et quelques stages en Marketing chez L’Oréal puis Clarins, je suis passée Chef de Produit Développement en produits de soins de la peau chez LVMH, d’abord chez Dior puis chez Givenchy.  

C’est en entrant chez Givenchy, il y a 2 ans environ, que j’ai commencé à m’intéresser à la photographie ainsi qu’à l’environnement, et par extension au véganisme.

A cette époque, j’éprouvais un certain ennui dans ma vie, j’étais à la recherche de sens. Je me questionnais beaucoup sur ce que je voulais sincèrement faire de ma vie, si le poste que j’occupais me convenait finalement vraiment. A 25 ans, j’avais atteins cet objectif de vie auquel je croyais aspirer depuis des années ; je ne me sentais pour autant pas véritablement heureuse. J’ai alors remis en question la définition que je me faisais du bonheur, le vrai. Je me suis posée 1 milliard de questions sur qui j’étais et sur ce à quoi j’aspirais réellement. J’avais besoin de me nourrir de nouvelles rencontres, d’explorer mon moi intérieur.  

J’ai alors pris la décision de quitter mon travail il y a environ 9 mois. C’était devenu vital pour moi, j’étouffais. Aujourd’hui, je suis photographe, et auto-entrepreneure. Je travaille sur le lancement de ma propre marque de mode végane, Wilo, qui devrait voir le jour dans les prochaines semaines ! Une nouvelle aventure qui commence.

Comment t’es-tu initiée à la photo ? 

Le rythme était particulièrement intense chez Dior, donc une fois arrivée chez Givenchy, j’ai pu m’accorder du temps pour explorer de nouveaux centres d’intérêts. Avec les réseaux sociaux, et notamment instagram, la photographie m’est un peu apparue comme une évidence. J’ai alors commencé à suivre de nombreux comptes qui m’ont énormément inspirés, et motivés à me lancer à mon tour. J’ai regardé quelques tutos sur Youtube, et lu pas mal d’articles sur les fondamentaux de la photographie réflex. Et bien entendu, beaucoup de pratique !

DSCF7149-1.jpg

Depuis quand es-tu devenue végane et activiste ? Quelle est ton approche du véganisme ?

J’ai toujours un peu de mal à donner une date exacte pour être honnête.  J’étais végétarienne depuis de nombreuses années avant de remettre totalement en question le contenu de mon assiette, et plus globalement, de mon mode de vie. J’ai commencé par éplucher des centaines d’articles de presse sur les problématiques environnementales dans le monde ainsi que sur les solutions qu’il était concrètement possible de mettre en place. Plus je m’informais, plus j’avais honte de la manière dont nous traitions notre planète et son vivant. Et plus j’avais envie d’agir, à mon échelle.

J’ai lu « Antispéciste » d’Aymeric Caron. J’ai regardé « Cowspiracy » et « What the Health ». J’ai écouté le discours bouleversant de Gary Yourovsky

Je suis ensuite tombée par hasard sur internet sur le projet de Raph et Cheyma, « Aujourd’hui Demain » - un concept store 100% vegan, qui a récemment ouvert ses portes dans le 11eme arrondissement de Paris. Je leur ai envoyé un mail, car j’avais envie de les aider.  C’est probablement l’une de mes plus belles rencontres que j’ai pu faire, ce sont des personnes incroyablement bienveillantes et inspirantes. J’admire le chemin qu’ils ont accompli et les efforts qu’ils mettent au quotidien pour faire vivre leur lieu.  

C’est à partir de cette rencontre, et de toutes celles qui s’en sont suivi, que le véganisme a pris une place prépondérante dans ma vie ; c’est à partir de cette rencontre que j’ai décidé de sauter le pas, et de vivre la vie qui me correspondait vraiment.

Devenir végane m’est apparu comme un acte évident dans mon changement de mode de vie : la sur exploitation des animaux est aujourd’hui responsable de plus de 14% des émissions de GES, c’est plus que l’ensemble des transports réunis. Plus de 80% de la forêt Amazonienne a aujourd’hui été détruite au bénéfice de l’exploitation du bétail. Notamment, pour la monoculture de soja, dont les ¾ sont destinés à nourrir ce dit bétail. 

Je suis végane et antispéciste, c’est à dire que je considère de façon équivalente la vie de chaque être vivant. Ce n’est pas parce que l’Homme s’est auto proclamé espèce dominante, qu’il peut s’accorder le droit d’exploiter les autres espèces pour son propre plaisir. Si nous sommes effectivement dotés de capacités physiologiques si hautes, nous devrions avoir suffisamment d’intelligence pour ne pas les utiliser pour exploiter et pour tuer. Mais bien pour faire naitre cette nouvelle humanité à laquelle nous aspirons finalement tous. Il est temps que nous reconsidérions notre statut, que nous fassions preuve d’altruisme et d’empathie, et que nous prenions du recul sur notre place réelle parmi le monde du vivant. 
C’est d’ailleurs sur ce mantra de base que j’ai voulu construire l’ADN de ma marque, Wilo (@wilo_official).

DSCF7161-9.jpg

FOOD

Je devine grâce à tes stories que tu es fan de granola, cookies et latte. Quels ingrédients aimes-tu avoir dans tes placards ?

Je ne suis pas une très grande cuisinière, mais je dispose selon moi des essentiels de survie :) J’ai une large collection de bocaux en verre, que j’approvisionne en vrac dans les magasins bio avec des noix (noix de cajou, amandes, noix de macadamia), fruits secs (figues, bananes, mangues, raisins, baies de goji), et oléagineuses (lentilles, pois chiches, etc). Dans mon frigo, j’ai toujours un pot de Sojade (je plaide coupable), du tofu et une brique de lait végétal (le lait riz-épeautre-noisettes de la marque Bonneterre est mon favoris, je le mélange avec du lait de soja, beaucoup plus neutre, pour que ce soit moins sucré en bouche). Et bien sûr des fruits et légumes frais. 

Si tu cuisines, une recette que tu aimes faire régulièrement ?

J’évite de partir dans des recettes trop complexes, je ne suis de toute façon pas suffisamment patiente pour cela ! Le petit déjeuner est mon repas préféré, donc j’ai plutôt tendance à me rabattre sur des petites recettes sucrées simples, saines et rapides – comme des bowls sucrés par exemple.

Je pense que celles et ceux qui me suivent depuis quelques temps connaissent maintenant  ma recette de cookies fétiche, végane et sans gluten : les cookies au chocolat et graines de chia de Deliciously Ella. Les ingrédients sont à la fois sains et gourmands, la recette est ultra rapide et sincèrement inratable. 

DSCF7148-1.jpg

ROUTINE

Est ce important pour toi d’avoir des routines ou suis tu plus le flow du moment ?

J’ai en effet mes petites routines !  Elles changent de façon périodique bien sûr pour éviter la lassitude. Mais elles me sont importantes, elles me donnent des repères, structurent mes journées.  

As-tu une routine du matin ?  

Un jour sur deux, mon réveil sonne à 5h45. La première chose que je fais c’est allumer ma bouilloire. Selon l’envie, je me prépare soit un thé vert à la menthe, soit un jus de citron pressé dans de l’eau chaude. Puis direction mon cours de yoga au studio Paris Yoga Shala. Le cours débute à 7h30, avec le meilleur prof d’Ashtanga de la capitale : Jihem Doe.

Pour les intéressé(e)s, j’y suis tous les lundi, mercredi et vendredi matin !  Après 1h30 de postures sur le tapis (et un café), la journée peut commencer :).

Comment fais tu pour déconnecter d’une journée de travail / le weekend ?

J’ai la chance de travailler en free lance, et de pouvoir déconnecter quand bon me semble, si je ressens un trop pleins à l’intérieur. Globalement, je conseille à n’importe qui de couper son téléphone le soir, après une grosse journée de travail. Généralement, je mets le mien en mode avion à partir de 21h30, et j’ouvre un bouquin. Rien de mieux pour déconnecter et s’apaiser l’esprit avant d’aller se coucher. Le weekend : passer du temps avec ses amis autour d’un café, d’une expo ou autre. Mais globalement : décoller au plus possible ses yeux d’un écran ! 

DSCF7169-10.jpg

MENTAL

Quand c’est un peu le rush au boulot, as-tu des rituels / exercices / mouvements qui permettent de lutter contre le stress ? Comment le gères-tu sur le plus long terme ?

« Inhale, Exhale ». La respiration profonde et consciente, rien de mieux selon moi pour parvenir à apaiser son stress ! De mon côté, la pratique quotidienne du yoga m’a énormément aidé dans ma gestion du stress. Je suis tellement plus sereine, les petits tracas « glissent » beaucoup plus. J’ai fais un gros travail sur moi même pour relativiser au maximum. J’ai appris à prendre beaucoup plus de recul, à me concentrer sur le positif, et à mettre de la distance avec les relations que je ressens comme « toxiques » pour moi.  

As tu des mantras qui te renforcent et t’aident à garder le cap ?

Mon merveilleux prof de yoga m’a appris un mantra un jour : « Lokah Samastah Sukhino Bhavantu. »  En sanskrit, il signifie « Que tous les êtres, dans tous les mondes, soient heureux et libres. Que mes paroles, mes pensées, mes actions, puissent contribuer à cette paix et à ce bonheur pour le bénéfice de tous. »  Je crois que tout est dit … 

Tu viens de finir un livre de 700 pages sur le monde des saints et des yogis. Comment cette philosophie de vie t’aide-t-elle au quotidien ?

Je ne remercierai jamais assez Jihem de m’avoir fait découvrir le yoga, et particulièrement l’Ashtanga. L’Ashtanga est un type de yoga dynamique qui nécessite beaucoup de rigueur. 

Cette pratique m’a apporté tellement, tant physiquement que mentalement. Plus je gagne en force physique, plus je ressens un gain énorme en force mentale. Et en confiance en moi. Je n’ai jamais été particulièrement à l’aise avec mon corps. Aujourd’hui je considère davantage mon corps comme une « enveloppe » de mon « moi », et j’apprends à ne plus me préoccuper du regard ou du jugement des autres. 

« Autobiographie d’un yogi » raconte le chemin spirituel d’un Yogi, (Yogananda) ; je recommande à quiconque de le lire, avec beaucoup de recul bien sûr. On en tire de très beaux enseignements de vie ! J’ai commencé récemment « Yoga Mala », de Sri K Pattabhi Jois, le fondateur de l’Ashtanga. Il explique les fondements de cette pratique et décrit, asana par asana, les bienfaits de chacune des postures qui constituent la première série.  Un basique !

DSCF7137-1-2.jpg

BEAUTE

Qu’est-ce que la beauté pour toi ?

Je vais surement paraître peu originale, mais je considère la beauté comme quelques chose de totalement subjectif. Une personne est pour moi belle extérieurement si elle est avant tout belle intérieurement. Je crois dur comme fer à ce mantra !  Je parle d’ailleurs souvent de personnalités « solaires » … celles qui ont une aura tellement forte, qu’elles parviennent à tirer quiconque vers le haut.

Comment prends-tu soin de ta peau et de ton corps/mental ? 

Depuis que j’ai commencé une alimentation 100% végétale, je n’ai plus eu aucun problème de peau ! J’applique du coup simplement une crème hydratante le matin, que je mélange le soir avec une huile 100% naturelle (en ce moment, c’est l’huile de carottes de la marque Weleda).

Mon alimentation au quotidien reste relativement saine et équilibrée, et je n’ai jamais fumé.

Selon moi, cela joue un rôle primordial sur la santé de la peau mais aussi du corps et du mental. Les 3 sont de toute façon intimement liés…

J’adore l’alimentation raw, que je trouve hyper nourrissante et gouteuse. J’ai un système digestif un peu grognon, du coup j’ai tendance à étaler mes apports sous forme de petites portions. Je proscris bien entendu les produits industrialisés (bourrés de sel, de sucre et de mauvaises graisses), l’huile de palme (meurtrière pour l’environnement) et le sucre raffiné. En fait, je trouve l’essentiel de mes apports dans les fruits secs, fruits à coques, légumineuses, fruits et légumes frais.  

La pratique quotidienne du Yoga est enfin selon moi un parfait complément. Dans le livre Yoga Mala que je mentionnais plus tôt, il y est justement expliqué tous les aspects curatifs de l’Ashtanga. En Inde, contrairement à l’Occident, le yoga est considéré comme une véritable science ; une éthique, un chemin de vie spirituelle, dont le but ultime est la purification de l’esprit et du corps (le Ananda, ou bonheur suprêmeen sanskrit).

Basé sur le vinyasa (coordination du souffle et du mouvement), l’Ashtanga propose 6 séries d’asanas (postures yogiques) ; 1 série par jour, le 7eme jour étant un jour de repos. Ces séries se composent donc d’une succession d’asanas, dont il est primordial d’en respecter l’ordre afin d’en tirer tous les bénéfices sur le corps et l’esprit. 

 

Enfin, qui aimerais-tu voir interviewée ici prochainement ?

Lucie de @LittleLucieInParis

 

Retrouvez le travail de Marine Chapon sur son blog Tales of her, son instagram @marine_chpn et suivez son aventure sur @wilo_official.

Photos de Louise Skadhauge

Louise
Amélie, foodie sans gluten et vegan du blog Equilibre et saveurs
DSCF4710-4.jpg

Parcours

Comment en es-tu arrivée à lancer ton blog et compte Instagram Equilibre et saveurs ? Comment es-tu devenue vegan ?

 

J’ai été anorexique durant mes années de fin d’adolescence. Il y a 5 ans, lorsque j’ai commencé à m’en sortir, je me suis énormément intéressée à la nutrition car j’avais perdu toutes bases et que je voulais faire du bien à mon corps. Régulièrement je tombais sur des articles sur l’intolérance au gluten, j’ai voulu voir les effets sur mon corps car depuis bébé j’avais de très nombreux maux digestifs qui m’ont valu pas mal de passages à l’hôpital et la prise de médicaments qui n’y changeaient rien.

Cet arrêt à été le meilleur choix de toute ma vie ! Plus de maux, une véritable révolution ! J’ai ensuite continué avec le lactose car certains maux persistaient encore, et une nouvelle fois, plus rien !

Pour la viande, cela à commencé il y à 8 ans avec l’arrêt de la viande rouge par dégout, puis l’arrêt complet de la viande il y à 3 ans. Le poisson à suivi quelque temps plus tard et pour les œufs j’ai arrêté complétement cet été.

Je me sens enfin en adéquation avec moi-même ! 

Quel est ton parcours pro ? 

J’ai fait un bac dans les laboratoires en biochimie-génie biologique car je rêvais de travailler dans la police scientifique. Puis je me suis rendu compte que les labos ce n’était pas mon truc, je cherchais le contact humain, l’échange. J’ai donc passé mon diplôme supérieur dans l’Imagerie médicale et Radiologie Thérapeutique, qui me permet actuellement de réaliser des radiographies, scanners, IRM, …

Aujourd’hui je ne m’épanouie plus dans ce métier, c’est pour quoi depuis Février j’ai repris le chemin de l’école et pour passer mon CAP pâtisserie afin de pouvoir vivre un jour de ma passion.  

 

As-tu toujours eu l'envie de créer ton propre univers ? Y a-t-il eu un moment déclencheur ou une évolution s'est-elle faite petit à petit ?

J’ai toujours eu cette envie au fond de moi mais je n’osais pas, je ne savais pas dans quoi ni comment. Puis la cuisine est devenue une passion et cela s’est présenté comme une évidence. Lors de ma guérison face à l’anorexie, j’ai crée mon compte instagram afin d’échanger avec des personnes comme moi afin de se soutenir et s’encourager. Je prenais de plus en plus de plaisir à cuisiner et échanger mes repas.

L’idée de mon blog vient de mon compagnon que je ne connaissais à peine à l’époque et qui a de suite compris que j’avais besoin de m’exprimer de manière plus concrète autour de la cuisine mais seule je n’aurais jamais osé me lancer. Avec du recul cette idée était une évidence ! 

DSCF4681-2.jpg

Routine

As-tu des routines ? Est-ce important pour toi ou suis-tu plus le flow du moment ?

J’ai une vie en semaine très intense avec mon métier aux horaires décalés, mon blog, ect, je suis obligée d’avoir une routine celle de tout le monde et qui ne me plait pas …. Metro, boulot, dodo ..

Le week-end j’apprécie du coup de faire ce qui me tient à cœur et y consacrer du temps, savourer ! Tout particulièrement en cuisine qui est MON moment à moi ou je peux m’exprimer et laisser parler ma créativité, mes envies et ma gourmandise, il ne faut pas me déranger ! Si je ne peux pas cuisiner je suis tendue et râleuse ! Ahahahha ! Mais promis je ne mords pas !

Ma routine du matin se résume à petit déjeuner/café/douche mes trois indispensables pour bien commencer la journée !

Ma routine du soir quand à elle se résume obligatoirement et d’entrée de jeux à une douche et une tenue d’intérieur cosy. Puis j’allume mes petites lumières tamisées et guirlandes lumineuses pour me sentir bien et être dans mon petit cocon ! J’adooore !!

 

Quel est le changement le plus important que tu aies fait pour ton bien-être ?

Sans aucune hésitation, mon changement alimentaire vers une alimentation sans gluten et végétale ! Je me sens en harmonie avec mon corps et mon esprit et c’est ce qui compte le plus pour moi.

 

Comment fais-tu pour déconnecter après une journée de travail / le weekend ?

Je rentre souvent à 22h du travail, du coup il m’est difficile d’avoir le temps de décompresser et de prendre du temps pour moi, les soirées sont courtes. J’opte pour le « pas de télé » et mon portable coupé un peu avant de me coucher afin de me recentrer sur moi, m’apaiser et préparer mon corps et mon esprit à dormir.

Le week-end doit obligatoirement commencer par une grasse mat sinon ma journée est gâchée ! Ahahhaha !! Je n’ai pas d’enfant, je peux me le permettre ! Et après il est important pour moi d’avoir au moins une journée ou une ½ journée sans téléphone, sans réseaux sociaux ou autre, afin de profiter pleinement de ce qui m’entoure. 

 

DSCF4720-5.jpg

Food

Quels sont tes petits déj / lunch / snacks de tous les jours ?

La semaine comme tout le monde on a moins le temps du coup mon petit déjeuner favori c’est un porridge avec du lait végétal, des fruits, du granola et de la purée d’oléagineux. Il y a tellement de variétés dans tous ces produits que tous les matins on a un petit déjeuner différent ! Le pied !

Pour le déjeuner je varie les associations de céréales, légumineuses et légumes, en crus et cuits avec différents assaisonnements, épices et sauces. J’ai besoin que cela soit rapide à faire mais ce n’est pas pour autant que cela ne peut pas être bon !

Pour un gouter de l’express c’est banane et oléagineux sans hésiter ! La banane est tellement pratique à emporter et manger que j’en ai toujours sur moi. Quand j’ai le temps j’en profite pour cuisiner des gâteaux, cookies, chia pudding ect et je les savoure deux fois plus !

 

Quels ingrédients trouve-t-on régulièrement dans tes placards ?

Mes placards contiennent tous les ingrédients que l’on peut retrouver dans mes recettes, oléagineux et purées d’oléagineux, fruits secs, lait végétaux, céréales et légumineuses en différentes variétés, fruits et légumes frais, différentes huiles végétales (lin, coco, olives, …) et beaucoup d’épices, mes meilleures amies !

Il est très important pour moi de consommer un maximum de produits frais, du coup je dois faire les courses au moins deux à trois fois par semaine, mais je ne vois pas cela du tout comme une contrainte. Seul bémol, je n’ai pas de voiture donc je suis tout le temps chargée mais en récompense, j’ai des mollets et épaules en bétons ! Ahahahah !!

 

Prends-tu des suppléments alimentaires/ herbes / plantes ? En quoi t'aident-ils ?

Ayant une alimentation végétalienne je me supplémente en vitamine B12, car il s’agit de la seule vitamine que l’on ne peut retrouver dans les produits végétaux.  

En hiver je suis très sujette aux coups de fatigue, du coup je fais des cures de Magnésium, Zinc et vitamine D.

Cet été j’ai fait une allergie à un antibiotique, du coup en ce moment je fais une cure de probiotiques (PROVIOTIC) afin de reconstituer mes flores, abimées par cette allergie. 

 

 

 

DSCF4671-1.jpg

mental

As-tu des routines ou exercices qui permettent de lutter contre le stress ?

Je suis une stréssée-nerveuse. J’ai déjà essayé plusieurs fois de faire des exercices de relaxation mais seule je n’y arrive pas, mon cerveau est trop actif. Du coup dans ces moments-là je fais de grandes inspirations et expirations en fermant les yeux, allongée à même le sol et dans le noir. Essayer de faire le vide et penser au positif qui m’entoure, m’apaiser jusqu’à retrouver un minimum de calme intérieur.

 

En périodes difficiles, quels sont tes remèdes pour gérer ton stress ?

Justement je n’en ai aucun ! J’essaie de toujours chercher le côté positif des choses, ou celles qui sont à venir. Et si je n’arrive pas à déstresser, je me tourne vers mon compagnon qui arrive toujours à m’apaiser, me rassurer et me remettre les idées au clair.

 

As-tu des mantras que tu répètes régulièrement, qui te renforcent et t'aident à garder le cap ?

J’en ai plusieurs, je me les dis régulièrement et ils m’aident énormément à ne pas perdre pieds :

  1. Ce qui ne te tues pas te rend plus fort
  2. Tomber pour mieux se relever
  3. Toujours trouver le côté positif des choses

 

DSCF4701-3.jpg

Beauté

Qu'est-ce qu'une belle femme pour toi ?

Une femme qui est bien dans sa peau, confiante, souriante et aimante.

 Comment prends-tu soin de ta peau ?

Je ne suis pas une grande adepte de produits de beauté ou de rituel .. Pour moi tout vient de notre hygiène de vie et de notre alimentation. Manger sainement, dormir suffisamment, boire de l’eau, limiter ou ne pas consommer d’alcool et de tabac.

 

Y a-t-il des suppléments qui t'aident à prendre soin de tes cheveux / ta peau / ta bonne mine ?

Pour ma peau je me démaquille à l’huile de coco avec des cotons démaquillants lavables (les tendances d’Emma). Je me rince le visage à l’eau et me met du gel d’aloè vera (aroma zone) sur le visage. Depuis peu, j’utilise une éponge konjac (lamazuna) après m’être démaquiller, afin de nettoyer ma peau en profondeur et stimuler la micro-circulation sanguine de ma peau.

Pour mon déodorant je le fabrique moi-même avec de l’huile de coco, de la fécule et du bicarbonate de soude selon la recette d’Ophélie Véron du blog « Antigonexxi ». Il n’empêche pas de transpirer et d’évacuer les toxines mais empêche les odeurs. (A éviter pour les chemisiers, chemises et blouses car il y à de l’huile … ).

Pour mes cheveux je me fais des soins à l’huile de coco une fois par mois et j’espace au maximum les shampooings, tous les 4 jours c’est parfait (au-delà je me sens mal, ahahhaha). Et puis mes soins s’arrêtent là. Plus tard on verra mais comme dit plus haut, l’hygiène de vie et l’alimentation sont pour moi la clé de la beauté.

 

 

Enfin, qui aimerais-tu voir interviewée ici prochainement ?

Mon amie Chiara, du blog « Bacididamaglutenfree » qui est un vrai exemple de femme forte, courageuse, battante, aimante et vraie.

 

Retrouvez  la recette de la pumkin pie d’Amélie sur son blog Equilibre & Saveurs !

 

Photos de Louise Skadhauge.

 

Louise
Mathilde, fondatrice de Mathilde Cabanas
photoMC.JPG

ROUTINE


As-tu des routines ? Est-ce important pour toi ou suis-tu plus le flow du moment ?

Oui j'ai une routine, je pense que c'est important ça me cadre. Après j'ai la chance d'être souvent en déplacement et de pouvoir changer mes habitudes et voir autre chose.

 

Si oui, as-tu une routine matinale ? Une routine du soir ?

J'adore le matin, je me lève tôt et prends mon temps, je lis, prépare un bon petit déjeuner et parfois je fais du sport. Le soir c'est Netflix et plus de téléphone dans le lit.

 

Quel est le changement le plus important que tu aies fait pour ton bien-être ?

Me lever 1h plus tôt et me coucher 1h plus tôt.

 

Comment fais-tu pour déconnecter après une journée de travail / le weekend ? 

J'essaye de couper mais ce n'est pas facile. Avoir son entreprise c'est être à 100% tout le temps.


FOOD


Quels sont tes petits déj / lunch / snacks de tous les jours ? 

Le matin j'ai pris l'habitude de boire un mix fruits/ lait d'amande, j'ajoute des graines de chia c'est super bon et complet. Il y a pleins de produits ajoutés dans le lait d'amande industriel donc je le fais moi même c'est super simple. Il faut juste des amandes, de l'eau et un filtre.

Je suis dingue de cuisine méditerranéenne, rien ne vaut une bonne pizza, une salade grèque ou de la mozzarella.

Les snacks ça dépend, mes amis se moquent de moi car je ne mange "que des graines" j'aime bien grignoter des amandes ou des noix en tout genre. Sinon j'ai pris cette manie espagnole de manger du pain avec de l'huile d'olive.

 

Quels ingrédients trouve-t-on régulièrement dans tes placards ? 

Des amandes, du sésame, des fruits et légumes (je me fais livrer un panier par semaine comme ça ils sont toujours frais et de saisons), de l'ail, du gingembre, des épices, du Tahini, je collectionne les huiles d'olive... J'ai aussi toujours de quoi faire des cookies donc de la farine, du beurre, du sucre et du chocolat.


Bois-tu du café ? Quelles sont tes sources d'énergie ? 

Je n'aime pas trop le café mais c'est facile de devenir addict quand on est fatigué. J'essaye de ne pas en boire au quotidien, c'est anxiogène et pas super pour le foie. Ma grande découverte c'est la spiruline j'en prends le matin et après le déjeuner. Mais c'est comme tout il faut faire attention à la composition et à la provenance, c'est pénible. Parfois je fais les courses et je suis perdue tellement tout est interdit aujourd'hui. Pas de lactose, pas de sucre, pas de gluten, pas de nitrites pas d'huiles de palme... Alors je compose, et essaye d'acheter Bio un maximum, mais quand ça ne l'est pas tant pis.


Prends-tu des suppléments alimentaires/ herbes / plantes ? En quoi t'aident-ils ? 

La spiruline donc, le magnésium marin, de temps en temps je fais une cure de gelée royale ou d'huile de bourrache pour la peau et les cheveux.

 

 

IMG_0173.JPG

MENTAL

As-tu des mantras que tu répètes régulièrement, qui te renforcent et t'aident à garder le cap ?

 J'aime bien me dire que le travail des gens talentueux m'inspire et ne me terrorise pas. Je pense que la concurrence est importante pour aider à avancer.

En période difficile, de doutes, qu'est-ce que tu te dis pour remonter la pente ? Dans quel état d'esprit es-tu pour continuer à avancer et affronter les difficultés ?

J'essaye de faire confiance à la vie 🤗. Parfois c'est difficile on est découragé on a plus la force, mais je suis portée par mon projet et j'ai vraiment envie d'aller loin, alors j'avance.


Comment gardes-tu la motivation au jour-le-jour ? 

J'aime ce que je fais et ça c'est primordial. Ça n'est pas seulement mon entreprise, c'est moi je ne me verrai pas faire autre chose. J'essaye de visualiser où je veux emmener la marque, de me fixer des objectifs. 

 

MENTAL

As-tu des routines ou exercices qui permettent de luter contre le stress ? 

Me dépenser le matin m'aide à bien commencer la journée, je pense que l'exercice physique est la recette magique pour lutter contre le stress.

En périodes difficiles, quels sont tes remèdes pour gérer ton stress ? 

Aller courir, (même si souvent la flemme l'emporte), parfois le stress prends le dessus, j'ai encore du travail à faire la dessus 😅. Quand je sens les pensées négatives s'installer j'essaye de les chasser et de m'occuper l'esprit avec autre chose. 


Des astuces que tu suis quand tu sens que vas attraper un rhume ? 

Une cure de gelée royale.


 

SPORT

As-tu une routine sportive particulière ? 

Le yoga ou le pilate.


Faire du sport, c'est quelque chose que tu aimes ou que tu te forces à faire ? 

Un peu des 2... Je me force mais après je suis super bien donc je continue.


Comment trouves-tu la motivation ? 

Je ne réfléchis pas trop et je m'y mets. Comme c'est intégré à ma routine ça n'est plus trop difficile.


BEAUTE

Qu'est-ce qu'une belle femme pour toi ? 

Une femme qui à confiance en elle.

Comment prends-tu soin de ta peau ? 

Je la nettoie matin et soir, je mets une crème et un sérum. Et une fois par semaine, je fais un soin gommage/ masque.

Y a-t-il des suppléments qui t'aident à prendre soin de tes cheveux / ta peau / ta bonne mine ? 

L'huile de bourrache ou d'onagre, boire 2 litres d'eau par jour change tout (même si l'hiver je n y arrive pas), et protéger ma peau du soleil, je mets de la crème indice 30 ou 50 tous les jours à partir du printemps.


Des astuces beauté de famille ou de copines qui t'ont été utiles ces dernières années ? 

Souvent je prends mes tips sur des blogs ou quand je lis des routines beautés d'autres filles sur internet. La seule chose que m'a transmis ma mère à ce niveau c'est le naturel. Je ne l'ai jamais vu utiliser autre chose qu'une crème nivéa et un rouge à lèvre pour les grandes occasions. Je pense que pour avoir le teint frais il n y a pas de secret: le sommeil, boire beaucoup d'eau et une bonne alimentation changent tout et valent mieux qu'une crème à 200€. J'ai aussi testé les curs de jus et c'est vraiment bien pour repartir à zéro au moment des changements de saisons par exemple.
 

PARCOURS

Quel est ton parcours et comment s'est initiée l'aventure Mathilde Cabanas, ta marque éponyme ? 

J'ai commencé en tant qu'illustratrice free lance avec un job de vendeuse à temps partiel. J'ai proposé des cartes et invitations d'anniversaire aux acheteuses de la boutique dans laquelle je travaillais car à l'époque on ne trouvait pas grand chose. Et ma marque à démarré comme ça, les produits se vendaient bien d'autres boutiques me contactaient alors j'ai participé au salon maison et objets puis j'ai créé mon entreprise et m'y suis consacrée à 100%. Le nom de la marque je n'y ai pas réfléchi, comme je signais de mon nom les illustrations, c'est devenu petit à petit le nom d'une marque. Parfois ça fait bizarre mais j'essaye de penser à toutes les marques qui portent le nom de leur créateur et il y en a beaucoup. 


As-tu toujours eu l'envie de créer ton propre univers ? Y a-t-il eu un moment déclencheur ou une évolution s'est-elle faite petit à petit ? 

Je n'y avais pas trop réfléchis, pour moi vivre de ce que je fais aujourd'hui m'aurait semblé impossible pendant mes études. J'ai fais des études de communication visuelle qui ne m'ont pas passionné mais j'étais persuadée que c'était le seul moyen que je gagne ma vie en gardant un côté créatif. À la sortie de mes études j'ai postulé à quelques offres, les postes étaient complètements déprimants, c'était de la mise en page ou de la retouche. Je me suis dis que je n'avais pas fais des études d'arts appliqués pour ça. J'ai donc choisit de garder ma créativité et de me mettre à mon compte. 

Il y a eu 2 moments déclencheurs dans mon parcours. Le jour où je me suis consacrée à 100% à ma boîte et le jour où je me suis associée. C'est fondamental de pouvoir partager l'aventure entrepreneuriale avec quelqu'un qui a la même vison que soi.


Comment vis-tu aujourd'hui la vie d'indépendante ?

Parfois c'est difficile on se remet beaucoup en question on a peur de ne pas faire les bons choix, mais dans l'ensemble je m'éclate dans mon boulot et j'apprends tous les jours dans tous les domaines.

 

INSPIRATION

Quels sont les univers qui t'inspirent ? Comment trouves-tu l'inspiration pour tes dessins ? 

J'aime beaucoup regarder des vieux films, faire des expos, c'est fou ce que ça ouvre l'esprit. Je vais être inspirée par un détail, une couleur.

 

Un livre / film / une personne qui t'a aidé dans ton développement personnel et particulièrement ton bien-être ?

Je lis beaucoup de livre d'entrepreneurs, Shoe dog de Phil Knight, L'entreprise du bonheur de Tony Hsieh. Ce qui m'a aidé et m'aide toujours aujourd'hui c'est d'être entourée d'amis et de famille bienveillants et qui croient en moi.

 

Si tu cuisines, qui a eu un impact sur la cuisine que tu crées aujourd'hui ? 

Ma grand mère et ma mère. Ma grand mère m'a transmis pas mal de recettes familiales comme l'empanada dont tous les cousins sont accros. Ma mère cuisine des produits simples, a un potager et des poules, elle m'a appris à cuisiner des produits frais avec amour.

 

Où préfères-tu manger à Paris ? 

En ce moment j'adore les adresses asiatiques comme Peco peco ou Ito dans le 9ème.

 

Qui aimerais-tu voir interviewée ici prochainement ? 

Morgane de Mamm cookies, passionnée de food, super cuisinière et entrepreneuse. Je suis sûre qu'elle nous apprendrait pleins de choses !

 

Retrouvez tout le travail de Mathilde sur mathildecabanas.com :)

Louise
Tartine avocat, ciboulette
DSCF5281-1.jpg

2 tartines de Morgenbrød, 3/4 avocat coupé en tranches, quelques tiges de ciboulette, du gros sel marin et quelques flocons de chili

Louise