MAISON LOÜNO
à préparer chez soi

Journal recettes et interviews de femmes créatives

Idées recettes pour notre pain noir bio sans gluten et interviews de femmes créatives qui osent et qui avancent.

JOURNAL

 

adaptogenmaisonlounorecettessansgluten0.jpg

nouveau livret d’inspiration

3 idées de recettes adaptogéniques à télécharger


 

 

Pauline, illustratrice et soon-to-be tatoueuse

Pauline et moi on s'est rencontré il y a 8 ans en cours, à parler dessin et peinture. Pauline est super créative, aspirait comme moi à une vie "en quête perpétuelle d'esthétisme" et au fil de l'eau une amitié s'est construite. Aujourd'hui Pauline a quitté la vie d'entreprise et le dessin s'est rapidement révélé être sa voie. Le tatoo a très vite suivi :) Je vous laisse découvrir notre échange plus en détails et vous invite également à faire un tour pour voir ses dessins @paulinehagege

10DA036D-B6CD-434C-9C5E-94B68220FF7E.JPG

Parcours

Quel est ton parcours et comment s'est initiée ton aventure autour de l’illustration et du tattoo ? 

Je m’inscris complètement dans le phénomène des cadres en quête de sens qui se reconvertissent ! Après une école de commerce et six ans dans le conseil en organisation d’entreprise, j’ai fini par accepter que cette vie n’était pas pour moi, ce que j’avais pourtant compris dès le début. C’était comme un aveu d’échec, il m’a fallu du temps pour me faire à l’idée mais depuis je n’ai jamais regretté une seule seconde. J’ai quitté le monde de l’entreprise sans projet clair et, débarrassée des tensions négatives que générait ma vie professionnelle, je me suis naturellement remise à dessiner, pratique à laquelle j’ai toujours aimé m’adonner en dilettante, sans jamais m’y mettre sérieusement. Quand j’ai constaté que je ne voyais pas le temps passer en dessinant et que je progressais rapidement, je n’ai pas cherché plus loin ! Le tattoo s’est imposé quelques mois plus tard, en me faisant moi-même encrer (beaucoup en peu de temps) et en discutant avec mes tatoueuses. En écoutant leur histoire je me suis dit : c’est possible ! Mais je n’y suis pas encore, il me reste du chemin à parcourir.

Comment vis-tu aujourd'hui la vie d'indépendante et comment t’organises-tu ?

Je suis beaucoup plus épanouie, et bien que stressée (je ne gagne pas encore ma vie et je ne la gagnerai probablement jamais aussi bien qu’avant) je suis sure de moi concernant ma reconversion, peu importe le temps que ça prendra.

Concernant l’organisation, ayant naturellement tendance à procrastiner, je dois être vigilante et m’imposer une certaine discipline. Je fonctionne par « phases » ; lorsque je suis motivée je surfe sur la vague et quand je le suis moins je m’efforce de travailler plusieurs heures par jour. Après un an à travailler en indépendante, la solitude s’est faite ressentir et j’ai pris un bureau dans un coworking pour dessiner. Cela me donne un rythme « normal » (j’ai plutôt tendance à travailler le soir naturellement) tout en me permettant de conserver une vie sociale qui est nécessaire pour mon moral. J’ai hâte d’aller au bureau tous les jours !

990BCB1B-D6A9-40CB-B122-12C570426D43.JPG

Créativité

As-tu un processus créatif particulier ? Quels sont les univers qui t'inspirent ?

Je dessine surtout d’après photos, je commence donc toujours par des recherches, la plupart du temps sur Instagram. J’aime beaucoup dessiner des femmes, et je puise énormément mon inspiration dans les magazines « lifestyle » et « youth culture », comme C-Heads notamment. J’adore l’univers de liberté et de sensualité que leurs photos évoquent.

 

Un livre / film / une personne qui t'a aidé dans ton épanouissement personnel ?

Je suis une boulimique d’inspiration, j’ai besoin de me nourrir d’esthétisme continuellement. De belles images, une balade dans Paris ou Montreuil, une discussion avec un(e) ami(e) ou la puissance d’une idée dans un livre peuvent provoquer en moi une exaltation qui m’inspirera. 

 

D83F94D0-C19B-47E8-AA19-52097AC6A0EF.JPG

Routine

As-tu des routines ? Est-ce important pour toi ou suis-tu plus le flow du moment ?

Je suis plutôt le flow du moment. Je m’écoute et je tire le meilleur parti de mes émotions, au jour le jour. Evidemment, il y a des « routines » qui émergent, mais je ne me les impose pas, sauf si je sens que je me laisse trop aller. Mais à chaque fois que j’ai essayé de m’imposer des routines trop strictes, je finissais par ne plus les tenir et cela provoquait chez moi un sentiment d’échec contre-productif. Etre indépendant offre le luxe de pouvoir suivre davantage son rythme naturel, et c’est d’une valeur inestimable.

Cela dit, je commence toujours la journée doucement, je prends mon temps, je bois mon déca (j’ai arrêté le café qui me faisait trembler et nuisait beaucoup de fait à mes activités !) en cherchant des inspirations pour mes dessins du jour ou en lisant les news.

Le soir, je lis quasiment toujours avant de m’endormir, un roman de préférence.

Comment fais-tu pour déconnecter après une journée de travail / le weekend ?

J’aime prendre le temps de me poser chez moi pour décompresser, même si je dois ressortir ensuite. Mon appartement est mon sanctuaire, j’y recharge mes batteries. Le week-end est souvent consacré à la vie sociale, j’en ai aussi besoin !

F5D992A2-6A09-4078-ACC9-A5DA2DB27537.JPG

BEAUTÉ

Qu'est-ce qu'une belle femme pour toi ?  

Je suis sensible à la beauté plastique puisque je dessine surtout des femmes, mais uniquement sous un aspect esthétique, en dehors de mes activités artistiques cela m’interpelle peu. J’aime la beauté que l’on décèle, pas immédiatement visible. Et j’avoue avoir un faible pour les femmes libres, de conviction. J’aime particulièrement le combo « force / sensibilité ». Ça m’inspire et même, me fascine. 

 

Comment prends-tu soin de ta peau ? 

J’essaie de ne pas trop toucher à la peau du visage, je l’hydrate avec la même crème que j’utilise pour le corps et je me maquille peu. Je reste aussi persuadée que la peau reflète l’hygiène de vie, notamment le sommeil et l’alimentation.

Mental

En périodes difficiles, quels sont tes remèdes pour gérer ton stress ?

J’ai deux remèdes que j’utilise simultanément : je rationalise et dédramatise, notamment en élaborant un « scénario du pire » qui ne soit pas si terrible ; et je me change les idées, en m’évadant dans de jolies rêveries, en voyant mes amis ou en allant marcher.

J’ajouterais un troisième remède, le détachement : j’accepte qu’il y ait des périodes de creux, que cela fasse aussi partie de la vie, et je m’arme de patience en attendant que ma chimie intérieure se remette en ordre. 

As-tu des mantras que tu répètes régulièrement, qui te renforcent et t'aident à garder le cap ?

Je ne suis pas du tout « mantras », mais j’essaye de me souvenir de périodes difficiles que j’ai surmontées, ça m’aide à garder confiance. J’essaye d’être « stoïcienne », de lâcher prise sur ce qui ne dépend pas de moi et me concentrer sur ce sur quoi j’ai prise.

paulinehagege.jpg

Retrouvez le travail de Pauline sur son compte Instagram @paulinehagege

Photographies par Louise Skadhauge

paulinehagege2.jpg