MAISON LOÜNO

Journal recettes et interviews de femmes créatives

Idées recettes pour notre pain noir bio sans gluten et interviews de femmes créatives qui osent et qui avancent.

JOURNAL

 

Si vous avez raté notre fameuse “liste qui fait du bien” envoyée à la petite liste de diffusion,

retrouvez la première partie (cuisine et bureau) ici et la deuxième (salon et salle de bain) ici.

Marion Colombani, photographe

Dans cette série d'interviews, je m'intéresse à des esprits créatifs qui ont un univers bienveillant qui me touche, qui sont passionnées, qui osent et qui avancent.

Les photos de Marion sont aussi douces que ses mots. Dans son studio, elle photographie à la lumière naturelle acteurs/actrices, mannequins et artistes. Très inspirée également par le milieu floral et le voyage, Marion a parallèlement développé la photo de mariage. Personnellement j’adore ses photos, notamment ses portraits qui paraissent si intimes et précieux. Les mouvements de ses sujets photographiés sont comme une danse... Enfin, j’ai pris beaucoup de plaisir à lire ses réponses, en particulier ses inspirations et je suis ravie de les partager aujourd’hui avec vous !

Retrouvez le travail de Marion sur son site marioncolombani.fr et son Instagram @studiomarioncolombani et @marioncolombaniweddings

PARCOURS

Quel est ton parcours jusque-là et comment s'est initiée ton aventure dans la photographie, en particulier les portraits d'artistes et mariages ?

J'ai aujourd'hui 28 ans et je réalise en lisant cette question que je n'ai exercé aucun métier avant la photo, j'ai eu la chance que les choses se déclenchent assez vite. J'ai voulu être écrivain, vétérinaire, fleuriste, illustratrice... Je dessinais et écrivais beaucoup étant petite. J'ai eu un cursus scolaire très classique, dans le Val d'Oise, où je suis née. Après un bac littéraire (option maths... ce qui prouve que j'avais déjà du mal à me décider) obtenu en 2008 et un début d'année 2008 en hypokhâgne (classe préparatoire littéraire) qui ne m'avait absolument rien apporté, j'étais complètement paumée. Incapable de me décider, de choisir une voie plutôt qu'une autre, ces quelques mois de flou ont été vraiment difficiles. Puis en mars 2009 je suis tombée complètement par hasard aux Portes Ouvertes de l'école EFET à Paris (12ème). J'ai été accueillie à bras ouverts par d'anciens étudiants (dont je continue de suivre le parcours et les actualités via Facebook aujourd'hui) et j'ai découvert les différentes facettes du métier de photographe. Le déclic a été immédiat et j'ai suivi une formation de 2 ans là-bas. Mon truc, tout de suite, ça a été les gens. Le portrait s'est imposé à moi tout de suite et très naturellement, je n'ai jamais été attirée par les photos de paysages par exemple. Je pense que le résultat est pour moi aussi important que l'expérience du moment et de la rencontre. Les mariages, ça a été un peu plus tardif, plutôt 2013/2014. Ce n'était pas un domaine que les professeurs de mon école mettaient en avant, ils nous encourageaient même plutôt à le taire. Je ne me suis pas fermée pour autant, j'ai tenté l'expérience lorsque j'en ai eu l'occasion. Je n'ai pas vraiment eu peur de me lancer, ça me paraissait évident, et surtout je savais que c'était ce que je voulais, ce vers quoi je voulais aller, alors je n'aurais jamais pris le risque de compromettre mes chances d'y arriver. Mes premiers mariages ont été de superbes expériences et j'ai eu très envie de continuer. L'émotion, les fleurs, la décoration, les robes... Le mariage permet de mêler tout de ce que j'aime. Et grâce au bouche à l'oreille et à la petite notoriété que j'avais acquise sur les réseaux sociaux (merci Facebook !) mes images ont circulé et j'ai pu saisir de jolies opportunités.

F2E63355-99F1-421A-B8B4-84C7B6F5717B.JPG

As-tu toujours eu l'envie d'être indépendante ?

Je ne l'avais jamais formulé comme tel, mais avec du recul, c'était plutôt évident. Je suis quelqu'un de très autonome, j'ai toujours été bosseuse ou en tout cas très impliquée lorsqu'un sujet m'intéressait et/ou lorsqu'il le fallait, mais toujours TRÈÈÈS embêtée au lycée ou à la fac lorsqu'il s'agissait d'organiser des travaux en groupe. Je faisais des concessions, mais c'était très difficile pour moi. Non seulement d'exécuter des idées formulées par les autres sans parfois avoir mon mot à dire, mais aussi de déléguer. Déléguer, en 2018, c'est d'ailleurs toujours quelque chose de très très difficile pour moi. Je m'occupe de tout actuellement : mails, réseaux sociaux, rendez-vous, prise de vue, retouches, site Internet. Pour le moment, ça va, mais si je veux prochainement faire évoluer mon entreprise (et c'est la suite logique des choses, du moins c'est ce que je me souhaite) je sais qu'il faudra que ça arrive :)

CRÉATIVITÉ

As-tu un process créatif particulier ?

Je crois que c'est chez moi, comme chez beaucoup, quelque chose de cyclique. Après quelques jours ou semaines intenses de boulot, j'ai ce besoin de me poser, d'observer, pas nécessairement de me reposer physiquement mais de faire des choses simples, apaisantes pour l'esprit : cuisiner, marcher en forêt, m'occuper de mes plantes, aller au cinéma, repeindre une armoire... Emmagasiner tout ça, et c'est reparti ! Pouvoir faire un métier qui nous passionne est une chance énorme, et une petite voix dans ma tête me le rappelle chaque matin au réveil, mais c'est parfois difficile de composer avec l'inspiration. On ne peut pas lui demander de venir entre 10h et 18h du lundi au vendredi, elle arrive n'importe quand. Parfois il faut la chercher, parfois la réfréner. Je suis encore incapable de m'autoriser des journées sans mails, sans moodboards, sans dossiers à envoyer, sans culpabiliser. Mais je crois que je progresse.

Quels sont les univers qui t'inspirent ?

En photo, j'aime énormément le travail de photographes contemporains, comme Brigitte Lacombe et de Peter Lindbergh (bien sûr). La gestion de la lumière est pour moi ce qu'il y a de plus important dans une photo. Imogen Cunningham, notamment avec ses expérimentations botaniques (là encore, on en revient aux fleurs). En reportage, James Nachtwey et Dorothea Lange. Mais il y a plein d'autres arts visuels que j'admire. La sculpture classique — Michel-Ange, Claudel, Bourdelle, Rodin... Bon, rien de très original, mais quand je suis devant leurs œuvres je suis fascinée. L'âge d'or de la peinture néerlandaise aussi, beaucoup — Vermeer, Rembrandt, Wouwerman, et d'autres dont le nom m'échappe. Le cinéma, énormément, avec des chefs op comme Emmanuel Lubezki (Sleepy Hollow, Burn After Reading, Birdman, The Revenant, Knight of Cups, Song To Song) sont extrêmement inventifs et composent superbement avec la lumière naturelle. Yoann Lemoine, aka Woodkid, qui compose des musiques fabuleuses et est aussi un excellent réalisateur. Ses propres clips (Iron, Run Boy Run, I Love You) sont de véritables bijoux, mais il a également réalisé de superbes choses, notamment pour Lana Del Rey (Born To Die, Blue Jeans) et Harry Styles (Sign of the Times). J'étais allée le voir en concert au Zénith en 2014 et j'en avais pris plein les yeux. Je pourrais continuer pendant des heures...

D0B2AB13-848E-4C7F-8A8A-06BA8F8D3AA7.JPG

FOOD

Que représente la cuisine pour toi ?

Je vole cette phrase à quelqu'un, c'est sûr, mais pour moi il est évident que "nous sommes ce que nous mangeons". Nous mangeons 3 fois par jour, c'est de là que vient toute notre énergie, c'est quelque chose d'essentiel.

qui a eu un impact sur ta manière de cuisiner aujourd’hui ?

Je cuisine beaucoup, lorsque j'en ai le temps. En pleine saison mariages, entre mai et octobre, c'est toujours plus compliqué. Mais j'aime beaucoup découvrir de nouvelles saveurs, tester de nouvelles associations. J'ai transité doucement vers une alimentation végétale il y a maintenant 3 ans et me suis beaucoup nourrie de ce que je pouvais trouver en fouinant sur Internet, n'ayant pas beaucoup d'exemples autour de moi. J'ai d'abord été bouleversée par la découverte du parcours d'Irène Grosjean, docteur en naturopathie depuis 1958, qui a mis des mots sur des certitudes que j'avais depuis toujours. Puis par la suite j'ai aussi découvert les parcours de gens comme Félicie Toczé ou Guillaume Sanchez, respectivement consultante en alimentation saine et chef cuisinier, qui sont de véritables artistes, et m'ont montré à quel point la cuisine pouvait être créative, et tout ce qu'elle pouvait exprimer.

As-tu un petit déjeuner de prédilection ?

Pas vraiment, je change tout le temps :) Un jour je vais manger des fruits et un bout de gâteau (fait maison !) au chocolat, le lendemain un gros porridge, le surlendemain des crêpes, le sursurlendemain des tartines et un avocat... Même si j'ai dans mes placards des "basics" et des ingrédients vers lesquels je reviens plus souvent, j'essaie de diversifier et de me faire plaisir tout en composant avec ce que j'ai sous la main, je fais mes courses en petites quantités et très régulièrement, selon mes envies du moment.

17053A59-7877-4095-ACFE-F17EA714006D.JPG

3 cantines/cafés où tu aimes te rendre à Paris ?

Wild & The Moon fait clairement partie de mes adresses préférées. Le lieu est agréable, c'est toujours bon, frais, les plats changent régulièrement. J'adore leurs lattes leur cream cheese... je craque toujours.
La Palanche d'Aulac, petit restaurant sans prétention rue Rodier dans le 9ème, pour de la cuisine vietnamienne faite maison et avec amour — on le sent ! Le choix des plats est restreint, il n'y en a que 4 ou 5 à la carte, mais tout est bon (même les desserts !) et c'est toujours un véritable bonheur d'y revenir.
Puis (c'était difficile de choisir)
Sol Semilia, rue des Vinaigriers. Parfait pour commencer la journée ou faire une pause : se balader au soleil le long du canal puis se poser avec une boisson à base de superaliments et/ou une assiette du jour, toujours parfaitement composée.

Peux-tu nous décrire tes rituels food et/ou bien-être ?

Je prends toujours ou presque le temps boire de l'eau tiède au réveil, puis d'attendre une vingtaine de minutes pour que mon organisme se mette en marche doucement, et je savoure mon petit déjeuner. C'est devenu au fil des années un véritable moment de détente. J'ai la chance d'être indépendante et de pouvoir me réveiller à l'heure que je veux ou presque, alors j'en profite. Lorsque j'en ai l'occasion je fais aussi quelques Salutations au soleil, c'est dynamisant et très bon pour la circulation sanguine.
J'essaie de manger le moins industriel et le moins salé possible, avec de bons ingrédients, complets, souvent bio, sans additifs. J'essaie aussi de boire de l'eau (ou du thé) en dehors des repas. Je fais très attention à ce que je mets sur ma peau : je m'hydrate avec de l'huile, me lave avec du savon solide et de l'eau tiède. Une touche de mascara et du déodorant (difficile de trouver une alternative !), c'est tout. Je ne fais pas de sport, mais marche quand je le peux. Escalator ou escaliers, 3 stations de métro ou 15 minutes de marche, sauf en cas de tempête ou gros retard, je choisis toujours la seconde option :)

VIE INTÉRIEURE

As-tu des routines ou exercices qui te permettent de lutter contre le stress et maintenir ton énergie ?

Je ne suis pas quelqu'un de très stressé de nature, c'est quelque chose que je gère assez bien. J'ai aussi la chance d'être en bonne santé. Les coups de mou, je ne connais pas trop. Et quand quelque chose ne va pas, je prends le temps de respirer, de réfléchir, de relativiser, de poser des mots sur le problème et de trouver une solution. Après quelques minutes ou quelques heures, ça va tout de suite mieux.

C0E1C7C8-9EBE-4D0F-AFA3-65E86D33B862.JPG

As-tu des mantras ou courtes phrases que tu répètes régulièrement, qui te renforcent et t'aident à garder le cap ?

Je me répète souvent que j'ai de la chance. Je me lève tous les matins en étant heureuse de me lever. En étant heureuse de mes choix, de ce que je fais. Mon boulot et mon statut d'indépendante me donnent une liberté incroyable. Depuis que je suis animaliste, sensibilisée aux médecines alternatives, à l'écologie et au gaspillage, je me sens plus que jamais en phase avec mes convictions, mes intuitions surtout, et avec le monde qui m'entoure, ce qui m'aide à appréhender les choses sereinement.

Marion a été photographiée chez Wild & the moon à Paris, par Louise Skadhauge.